Les journalistes aux prises avec leurs sources

Séminaire de recherche

15 juin 2012, de 9h à 17h, Institut d'Etudes Européennes, salle Spaak

Ce séminaire se présente sous la forme d’une discussion croisée entre des recherches qui se font écho. Voir les résumés des textes.

Horaire

  • 9h : accueil, café
  • 9h20 : introduction du séminaire
  • 9h30 : première session
    Vinciane Colson, La crédibilité des sources d’information: une notion évolutive. Analyse à travers l’exemple du journalisme scientifique
    Jean Charron, Les formes du journalisme parlementaire au Devoir.
  • 11h: pause café
  • 11h30 : deuxième session
    Guillaume Sire, Quand Google Insight frappe à la porte des conférences de rédaction
    Juliette De Maeyer, Les liens externes sur les sites d’information : fragments d’évidence journalistique?
  • 13h : lunch
  • 14h : troisième session
    Jean-Baptiste Legavre, Entre conflit et coopération. Les journalistes et les communicants comme “associés-rivaux”.
    Sylvain Parasie et Eric Dagiral, Peut-on libérer le journalisme des stratégies de ses sources d’information ? Promesse et réalité du "journalisme de données" à Chicago

    Résumés des textes

    Jean Charron : Les formes du journalisme parlementaire au Devoir

    L’article montre que la transformation des formes de la chronique parlementaire au Devoir entre 1915 et 2006 traduit l’évolution du rapport entre la presse et le Parlement. Au début de la période, le discours de la presse est une sorte de procès-verbal établi selon des règles discursives et des critères de pertinence qui sont ceux de l’institution parlementaire elle-même. Par la suite, la presse va très progressivement et dans la longue durée acquérir de plus en plus d’autonomie, jusqu’à inverser le rapport de dépendance, si bien qu’à la fin c’est la presse qui impose au Parlement ses critères et son code. Article paru dans Communication, 29:2, 2012.

    Vinciane Colson : La crédibilité des sources d’information: une notion évolutive. Analyse à travers l’exemple du journalisme scientifique

    Cette communication vise à définir et à évaluer les critères de crédibilité des sources journalistiques dans un cas très spécifique de rapports aux sources : celui des journalistes scientifiques. Ceux-ci, par la nature propre de l’objet "sciences" dont ils doivent relater l’actualité, ont une tradition particulière de collecte d’informations : ils se rendent rarement sur le terrain, leurs sources étant constituées principalement d’articles publiés dans des revues scientifiques renommées. Les pratiques des journalistes scientifiques ont cependant évolué ces dernières années pour deux raisons principales: le contexte de crise que traverse la presse en général et l’évolution des pratiques de communication scientifique des chercheurs eux-mêmes (blogs de sciences, obligation dans certains cas de "vendre" sa recherche pour obtenir un financement, etc.). Face à cette nécessité pour les journalistes de produire plus avec moins de moyens et la prolifération de nouvelles sources scientifiques (en ligne notamment), la question de la crédibilité à accorder ou non à ces sources journalistiques apparaît comme primordiale. A travers des exemples de questionnement puisés dans des entretiens avec des journalistes scientifiques, je proposerai une définition de la crédibilité des sources. Et dans une visée diachronique, je tenterai d’expliquer l’importance prise au cours de l’histoire du journalisme (et du journalisme scientifique en particulier) par cette notion de crédibilité.

    Juliette De Maeyer : Les liens externes sur les sites d’information : fragments d’évidence journalistique?

    Les liens externes sur les sites d’information : fragments d’évidence journalistique? Ce travail s’intéresse aux liens hypertexte en tant que matériau mobilisé dans les productions journalistiques. "Fragments d’évidence journalistique", les liens hypertexte se trouvent au coeur de l’information en ligne et témoignent des flux de l’information. L’article présenté analyse les liens hypertexte proposés par les sites d’information de la presse quotidienne francophone belge. Tous les articles publiés sur quatre sites (dhnet.be, lesoir.be, sudpresse.be et lalibre.be) ainsi que les liens qu’ils contiennent ont été récoltés et analysés sur une période de 3 mois (décembre 2011-février 2012). Dans cet ensemble de données, un intérêt particulier est porté aux liens externes (qui renvoient vers d’autres sites web, par opposition aux liens internes qui renvoient vers d’autres contenus d’un même site), indices privilégiés des relations entre un média et d’autres entités. Les sites d’information étudiés proposent-ils des liens externes? Si oui, vers quels types de sites pointent-ils? Ces éléments sont analysés dans le contexte des enjeux multiples dont sont porteurs les liens, qui sont par exemple tant au centre de logiques journalistiques (il s’agit, pour les journalistes, de citer leurs sources) que de logiques commerciales, techniques ou organisationnelles.

    Jean-Baptiste Legavre: Entre conflit et coopération. Les journalistes et les communicants comme “associés-rivaux”.

    Les journalistes et les communicants sont quotidiennement en contact les uns avec les autres. Pour saisir les types de liens qu’ils construisent, Jean- Baptiste Legavre s’appuie sur un con- cept – les « associés-rivaux » – forgé par le sociologue François Bourricaud dans les années soixante. Son analyse permet de comprendre les relations de « concurrence-coopérative » qui struc- turent leurs compromis et tensions. Article paru dans Communications et Langages, 2011, n°169

    Sylvain Parasie et Eric Dagiral : Peut-on libérer le journalisme des stratégies de ses sources d’information ? Promesse et réalité du "journalisme de données" à Chicago

    Cet article portera sur la manière dont les formes émergentes de journalisme, impliquant une étroite collaboration avec les mondes informatiques, modifient le rapport traditionnel du journalisme à ses sources. Wikileaks a largement fait connaître la proposition selon laquelle des journalistes/programmeurs pourraient utiliser les technologies informatiques pour permettre l'établissement de nouvelles relations avec des sources qui de ce fait seraient plus enclines à mettre en cause les autorités. A partir d'une recherche effectuée sur des initiatives mises en oeuvre au sein de plusieurs organisations de presse nord-américaines, nous isolerons d'abord le modèle normatif sur lequel les journalistes-programmeurs prennent appui pour proposer une relation alternative aux sources. Puis nous montrerons que la pratique de ces formes émergentes de journalisme donnent lieu à un ensemble de compromis avec la façon dont la morale professionnelle traditionnelle encadre la relation aux sources.

    Guillaume Sire : Quand Google Insight frappe à la porte des conférences de rédaction

    A l’aide des outils fournis par la théorie de l’acteur-réseau, nous proposons de voir comment, effectivement, les journalistes se saisissent de Google Insight comme une "ressource pour l’action" - i.e. une source de choix pour les sujets qu’ils traiteront et un outil leur disant quels mots employer, notamment dans le titre et dans le chapeau de leurs articles. Dans la première partie de notre exposé, nous reviendrons brièvement sur les enjeux liés au référencement sur Google pour les éditeurs de presse en ligne : enjeux économiques mais également enjeux de légitimation des journalistes. Dans une seconde partie, nous présenterons Google Insight et ses fonctionnalités. Enfin, nous verrons comment les journalistes se saisissent effectivement des préconisations qui leur son faites grâce à quinze entretiens effectués entre septembre et décembre 2011 auprès des employés de l’Express.fr. Nous conclurons notre communication en ouvrant le débat sur une possible standardisation des contenus d’actualité liée à l’utilisation par un grand nombre d’acteurs du même outil pour le choix de leur sujet et des mots employés pour le traiter.